RECHERCHER SUR CE SITE

Search
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in excerpt
Search in comments
Filter by Custom Post Type
Articles
Pages
Évènements récurrents
Évènement
Emplacements

NOTE: Toutes nos salles sont maintenant fermées pour travaux / All our showrooms are now closed for work

Horaires d'ouverture et tarifs

Le Musée est actuellement fermé

Renseignements: +689 40 548 435

mardi09:00 - 17:00
mercredi09:00 - 17:00
jeudi09:00 - 17:00
vendredi09:00 - 17:00
samedi09:00 - 17:00
dimanche09:00 - 17:00
Billet
Plein tarif
Tarif agence de voyage et groupe de plus de 10 pax
Salle d’exposition permanente*
600 F
500 F
Salle d’expositions temporaires : exposition avec le commissariat du MTI
800 F
700 F
Billet combiné : salle expo permanente* + temporaires (commissariat MTI)
1000 F
900 F
Salle d’expositions temporaires : exposition extérieure ou en partenariat avec le MTI
Tarif fixé par la direction
Tarif fixé par la direction
Billet combiné salle d’exposition permanente* et temporaires (exposition extérieure ou partenariat)
Tarif fixé par la direction
Tarif fixé par la direction
*inclut également l’accès à l’espace Farereira’a
  

 

En ce moment ou prochainement au Musée

Sep 2018

Fermeture de la salle d'exposition permanente
mardi 18 septembre 2018 au jeudi 15 avril 2021 00:00
La salle d'exposition permanente du Musée de Tahiti sera fermée à partir du 18 septembre 2018, en prévision des travaux de rénovation de l'établissement qui débuteront en fin d'année.
Lire la suite >

Avr 2019

Le Jeu du Patrimoine
lundi 1 avril 2019 au vendredi 1 janvier 2021 00:00
Le Musée de Tahiti propose un nouveau jeu interactif dans ses jardins . Il contient 31 cases représentant les collections du Musée de Tahiti et des Îles et le patrimoine naturel de la Polynésie Française. L’objectif : apprendre en s’amusant !
Lire la suite >

Nov 2020

Fa’aiho, ta'u tufa’a
vendredi 6 novembre 2020 au dimanche 25 avril 2021 09:00
L’exposition « Fa’aiho, ta'u tufa’a » propose  de confronter la création contemporaine au patrimoine polynésien. Quatre thématiques sont proposées : Tiki-Ti’i, les ornements, la pirogue et la musique, mêlant les propositions de 22 artistes et les collections du Musée de Tahiti et des Îles. Le dialogue qui s’installe ainsi entre ces œuvres d’époques différentes ouvre de nouvelles perspectives et enrichit leur lecture.
Lire la suite >

Le portrait de la Reine Pomare par Sébastien Charles Giraud

Chargement de la carte…

Date / Heure
Date(s) - mercredi 22 avril 2020 au jeudi 30 avril 2020
0 h 00
Voir les horaires d'ouverture

Catégories

Importer dans
+ ICal + Google Agenda


Le Musée de Tahiti et des Îles conserve un tableau représentant  la Reine Pomare par Sébastien Charles Giraud. Nous vous proposons d’en découvrir plus sur cette œuvre.

Charles Giraud (1819-1892) embarque pour Tahiti en 1843, à 23 ans. Sa mission lui est confiée par le Gouverneur Bruat qui sollicita à plusieurs reprises le Ministre de la Marine et des Colonies pour embarquer Giraud vers la « nouvelle colonie » des Marquises.[1]

C’est à Tahiti qu’il séjournera finalement, devenant ainsi, entre 1843 et 1847, le premier artiste-peintre français à vivre si loin et aussi longtemps, témoin privilégié d’une Polynésie que Gauguin jugea déjà perdue à son arrivée, cinquante ans plus tard.[2]

On connait l’œuvre de Giraud par ses dessins documentant la guerre franco-tahitienne, ainsi que deux rares toiles conservées aux Musée national du château de Versailles .

Prise du fort de Fautuhua, Charles Giraud @Château de Versailles

Prise du fort de la Fatahua à Tahiti. 17 décembre 1846 et Fausse prise du fort de la Fatahua à Tahiti. 17 décembre 1846.

Pour voir l’œuvre en détail : lien 

Mais Giraud est aussi connu pour ses portraits de la Reine Pomare dont le Musée de Tahiti et des Îles conserve un exemplaire. L’autre est conservé au Musée du quai Branly – Jacques Chirac.

Portrait de la reine Pomare- Charles Giraud ©MTI

Le portrait conservé à Tahiti constitue une commande officielle de 1851, à la suite du souhait de la Reine d’en recevoir un à sa propre effigie.[3] Le gouvernement français chargea donc Giraud de le réaliser, à l’huile et de grandeur nature. Il semble qu’un litige ait eu lieu au moment du paiement des 800 Frs facturés par l’artiste, finalement revus à la baisse pour un montant de 600 Frs.

On y voit la Reine représentée de face, assise et accoudée sur un support recouvert d’une étoffe rayée dont les reflets satinés font échos à ceux de sa tenue. Cette astuce visuelle ajoute à sa prestance et équilibre la composition. La souveraine est aussi visuellement soutenue par les troncs et feuilles de bananiers qui la replacent dans un contexte insulaire et en deviennent presque un emblème. Le tableau s’ouvre sur le côté arrière droit avec un paysage qui, de prime abord, ne semble pas particulièrement local bien que certains y voient « les formes imprécises d’une île, la mer ».[4]

Ce cadre et cette posture évoquent ainsi les traditions de portraits d’apparat européens en vogue dès la Renaissance. La Reine est figurée en majesté, de face, grave, hiératique, dans une image qui la détache des mythes et du portrait littéraire exotiques.[5] Elle devient ainsi un personnage historique grâce à un costume occidental et à une sévérité « toute jupitérienne ».[6]

Pomare était connue pour revêtir « des robes confectionnées avec les plus belles étoffes de Lyon » lors des cérémonies publiques.[7] Sa tenue satin ivoire à manches demi-courtes possède un col relativement ouvert et une légère collerette plate qui entoure ses épaules. Les fronces du vêtement se rejoignent par un nœud en ruban central. Aux doigts de sa main droite, des anneaux précieux offrent un rappel de la brillance de l’étoffe. Cette dernière révèle une pièce en tissu plus fin, peut-être une longue tunique sous-jacente.[8] Quoiqu’il en soit, Giraud semble avoir offert une attention particulière au détail historique puisque les cols des robes missionnaires, ornés d’une collerette dans les années 1820, s’ouvrent largement dans les années 1840, avant de se refermer jusqu’au cou vingt ans plus tard.[9]

Malgré sa tenue européenne, la souveraine souvent surnommée « Victoria des Mers du Sud »,[10] conserve certains emblèmes tropicaux. Elle est ici représentée avec une complexion plutôt réaliste. Giraud est en effet l’un des rares à utiliser alors des ocres relativement foncés pour rendre son teint,[11] en opposition à la tendance à un rendu plus pâle dans les représentations de Polynésiens et Polynésiennes.

Pomare porte une couronne végétale – bien qu’elle évoque plutôt des roses, d’ailleurs décrites plus tard comme artificielles par sa belle-fille Marau,[12] des fleurs d’hibiscus en pendant d’oreilles et un éventail de plumes. Ce dernier illustre toute l’ambivalence de ce portrait, au chevauchement des deux sociétés, l’une « traditionnelle », l’autre européenne.[13] Car si l’éventail est bien un attribut polynésien de prestige (voir le magnifique exemplaire présenté dans l’exposition Tupuna transit au Musée de Tahiti et des Îles), il semble ici confectionné en plumes blanches particulièrement fournies – d’autruche peut-être – et comporte, en son centre, un médaillon combinant orfèvrerie et glyptique. La légende aurait fait voyager cet éventail jusque dans les collections du British Museum, après avoir été offert par Pomare à la Reine Victoria.[14] Malheureusement, il ne semble pas en rester de traces aujourd’hui.

Nous vous invitons à observer les détails qui différencient notre portrait de celui conservé au Musée du quai Branly – Jacques Chirac.

Portrait de la Reine Pomare- Charles Giraud ©MQB

Pour voir l’œuvre en détail : Lien

 ___________________________________________________________

 

[1] Viviane Fayaud, « Dess(e)ins oubliés : Charles Giraud, prédécesseur de Paul Gauguin à Tahiti (1843-1847), » in Outre-mers, tome 97, n°368-369 (2010), 313-314.

[2] Ibid., 311.

[3] Patrick O’Reilly, La vie à Tahiti au temps de la reine Pomaré (Paris : Société des Océanistes, 1975), version digitale, paragraphe 75, disponible à https://books.openedition.org/sdo/919?lang=en, consulté le 12 avril 2020.

[4] Yves Malardé dans Marius-Ary Lebond, « Un peintre francais à Tahiti sous Louis-Philippe : Charles Giraud, » Gazette des Beaux-Arts, n.140 (1937), p.161-178, cité dans Patrick O’Reilly, « Iconographie de Pomaré, reine de Tahiti, » Bulletin de la Société archéologique, historique & artistique le Vieux papier (1963), 297.

[5] Viviane Fayaud, “Brosser le mythe et l’histoire d’après les œuvres de Jules-Louis Lejeune, Max Radiguet, Charles Giraud, Pierre Loti : Tahiti et la Polynésie orientale avant Paul Gauguin (1800-1890),” thèse de doctorat (Université de la Polynésie française, 2005), 430.

[6] Ibid., 435.

[7] Gouverneur de la Richerie cité dans O’Reilly, La vie à Tahiti au temps de la reine Pomaré, paragraphe 46. Voir Bruat, Notes à son successeur. Archives do France. Fonds d’Outre-Mer. Océanie, A. 78.

[8] Fayaud, “Brosser le mythe et l’histoire,” 427.

[9] Ibid., 426.

[10] Ibid., 428.

[11] Ibid., 410.

[12] O’Reilly, La vie à Tahiti au temps de la reine Pomaré, paragraphe 48.

[13] Fayaud, “Brosser le mythe et l’histoire,” 430-431.

[14] Ibid.

2020-04-22T16:25:44-10:00
NOTE: Réouverture du musée à partir du 6 novembre 2020 / The museum will be reopening on november 6th, 2020
+